Notes bio

Paul-Gabriel naquit à Montréal en juillet 1948. Dès la naissance fut-il confié aux soins dispensés par un orphelinat. Il fit sa première scolarité à Montréal dans des pensionnats dirigés par des religieuses enseignantes. Adolescent, collégien pensionnaire chez le Jésuites, il fit des études en arts et lettres et en piano. Pour l’anecdote, c’est d’abord en anglais qu’il écrivait à sa mère qui vivait à New York. Ses lettres furent pour beaucoup des transcriptions de passages littéraires d’écrivains anglophones, au nombre desquels ont compté The Prophet de Khalib Gibran et des pages de Samuel Beckett.

“Are you not wearying of ardent ways, lure of the fallen seraphism? Telling no more of enchanted days. The old bad days died out at once. A bird twittered; two birds, three. It’s realy a rainy day? I don’t think so. Tell more and more of all the enchanted days! The heart’s cry is not broken. A bell beat faintly very close, covering the word, covering the rose light in his heart.” Samuel Beckett

Inscrit en 1968, en philosophie à l’Université de Paris-Nanterre, Paul-Gabriel délaissa rapidement la sphère de la haute cogitation pour apprendre sur le tas le métier de guide touristique qu’il aura pratiqué d’abord en France puis principalement au Canada et aux États-Unis. Il vit quelques années en France et aux États-Unis puis de retour au Canada, il touche au journalisme écrit, à la rédaction publicitaire et à des rencontres radiophoniques littéraires qu’il anime à CKUT, radio communautaire de l’Université McGill.

Une page de Ah! ma mie, ma mie
%d blogueurs aiment cette page :